Systar recrute

———————————————————————————–

WANTED

———————————————————————————–

Développeur Indiana Jones

qui n’a pas peur de l’action, ni de la réflexion

———————————————————————————–

Contexte
Commençons par les présentations. Voici qui est systar…

Nous travaillons au sein de Systar Labs et nous concevons une plateforme logicielle permettant de créer des applications de supervision et de gestion de la performance opérationnelle.

Avec ces applications, Systar permet aux grandes entreprises d’optimiser l’efficacité de leurs activités et de leur infrastructure informatique. Devenues plus réactives, celles-ci sont à même d’anticiper les problèmes, de réduire les facteurs de risque ou d’augmenter leurs parts de marché.

Responsabilités
Ton job de demain chez nous va consister à…

  • Concevoir et développer la base de données NoSQL, distribuée et bi-temporelle située au coeur de notre produit
  • Développer du code serveur robuste, élégant et compréhensible par les membres de l’équipe
  • Travailler en symbiose avec les membres de l’équipe dans un environnement stimulant
  • Contribuer aux décisions stratégiques sur les nouvelles fonctionnalités et les choix techniques

Compétences recherchées
Tu nous intéresses si…

  • Tu maitrises un langage de développement à fond (nous travaillons principalement en Java, mais si tu es un Guru C# ou Python et que faire du Java ne te rebute pas, tu nous intéresses aussi)
  • Tu as déjà été confronté à des problématiques techniques complexes, par exemple de gros volumes de données ou des environnements multi-threads
  • Tu aimes te faire des nœuds au cerveau pour trouver des solutions élégantes à des problèmes compliqués
  • Tu comprends comment marche le Web sous le capot (HTML, Cookies, HTTP, TCP, sockets, servlets)
  • Tu as envie de travailler au sein d’une équipe utilisant les méthodes agiles
  • Tu manifestes un intérêt certain pour les bonnes pratiques logicielles : (A)TDD, Pair programming, intégration continue & co.
  • Tu sais lire et écrire en français et en anglais

Avantages
Pourquoi nous rejoindre…

  • Pour pouvoir travailler au sein d’un éditeur de logiciels français.
    Systar, c’est 150 personnes dans le monde, dont 40 personnes au sein de la R&D. Nous ne sommes pas une start-up (on ne travaille pas 24/24 7j/7), mais pas non plus une grande entreprise.
  • Parce que nos bureaux sont situés à Saint-Cloud (92) et à Lyon[1] (69)
  • $$$ Parce que nous te proposons – en échange de ta présence - une rémunération attractive (de 30 à 70 kE selon ton profil et ton expérience)
  • Pour avoir la joie de côtoyer des collègues qui sont tous passionnés par le développement logiciel
  • Parce que savons que tu n’aimes pas te lever tôt pour venir en costume au bureau… comme nous ;-)
  • Nous sommes donc souples sur les horaires et si UPS doit passer demain pour te livrer ton nouveau mac, pas de problème, tu peux rester chez toi et télé-travailler.

  • Pour avoir un ordinateur dernier cri afin de ne pas attendre trop longtemps la fin de ta compilation ou de ton run de tests (Core i7, 16 Go RAM, double écran)

Postuler
Si tu es convaincu que tu es la personne pour ce job…

Il te reste une dernière épreuve à passer avant de pouvoir nous rejoindre.

Résoud ce challenge et prouve-nous que tu es bien l’Indiana Jones que nous recherchons.

Bonne chance !

Comments Comments Off

Et ouais ! Comment Google arrive-il à trouver en un temps record exactement ce que je recherche ? Et comment Amazon arrive-t-il à devinez les livres qui m’intéressent ?

Moi je sais ! Et vous ?
Si vous savez, passez par la case départ, prenez vos 20.000 Francs (ou 200 euros) et revenez la semaine prochaine :-)

Donc, pour ceux qui ne savent pas, je vous conseille vivement la lecture de Programming Collective Intelligence. Ce livre explore et vous explique en profondeur quelques-uns des algorithmes les plus utilisés dans les site Web 2.0.


Vous trouverez donc dans ce livre un chapitre intitulé Making Recommandations qui vous explique comment les meilleurs sites Web 2.0 arrivent à savoir, en fonction de ce que vous leur avez dit que vous aimiez, ce qui pourrait vous plaire. Grâce aux algorithmes expliqués, vous comprendrez mieux comment Amazon vous recommande des articles, ou ce qui fait le succès de sites comme last.fm ou iLike.com.

Ce livre traite également des moteurs de recherche dans le chapitre Searching and Ranking. L’algorithme PageRank, sur lequel Google a bâti son empire, y est expliqué en détail. J’ai également appris dans ce chapitre comment utiliser des réseaux neuronaux pour améliorer les résultats d’une recherche en fonction des liens qui sont cliqués par les utilisateurs.

Un autre sujet qui m’a passionné dans ce livre concerne le filtrage de document. L’auteur détaille plusieurs algorithmes de classification, notamment le très célèbre fitrage bayésien qui sert à déterminer si un email est un spam ou pas.

Enfin, un autre chapitre qui m’a beaucoup intéressé, c’est celui traitant des modèles de prix. Ce chapitre explique comment déterminer le prix d’un article en fonction de ses caractéristiques quand on connait le prix d’autres articles. A la fin du chapitre, on utilise l’API de eBay pour connaitre le prix final d’enchères concernant des ordinateurs portables et pour prévoir le juste prix d’enchères en cours. En jouant avec le programme, je me suis ainsi rendu compte que les variables les plus importante sont la taille de l’écran du portable et… la date de fin d’enchère !

Bref ce livre est vraiment génial. L’auteur utilise tout au long du livre la même technique pédagogique qui permet de bien comprendre chaque sujet abordé:

  • D’abord fixer un objectif (par exemple, connaitre la liste des films qui sont susceptible de me plaire)
  • Ensuite décrire et expliquer l’algorithme qui permet d’atteindre cet objectif
  • Enfin la réalisation d’un petit programme en Python illustrant le concept et permettant de jouer sur les différents paramètres de l’algorithme étudié. Si vous ne connaissez pas Python, c’est une bonne occasion pour s’y mettre !

En conclusion, si vous œuvrez dans le monde du Web 2.0, ou si vous êtes juste curieux de nature, procurez-vous ce livre d’urgence.

Comments Pas de commentaire »

Ma banque a récemment refait le site Web permettant de gérer ses compte en ligne. La version précédente commençait effectivement à dater esthétiquement parlant, mais elle permettait de faire ce qu’on lui demande (à savoir gérer ses comptes) de manière efficace.

La nouvelle version du site est esthétiquement plus léchée. Par contre, c’est une catastrophe au niveau de l’ergonomie. C’est clair, maintenant à chaque fois que je me connecte sur le site de ma banque, je peste. Je peste contre l’ergonomie de ce foutu site qui me fait cliquer pour m’afficher des pages que je ne veux pas voir.

Des explications s’imposent. Commençons par la page qui s’affichent une fois que l’on a passé la page de login.

Mon Espace

Cette page ne m’intéresse pas !

Elle comporte 3 grandes zones de contenu. La première zone intitulée Vous et votre agence m’indique le nom de mon conseiller financier et le nom de mon agence. Vous trouvez vraiment que c’est une information super capitale ? Personnellement, mon agence je la connais. C’est là que j’ai ouvert mon compte ! Idem pour mon conseiller financier. A la rigueur, la seule information intéressante de cette première zone est la date de ma dernière connexion, pour me permettre de savoir si quelqu’un a piraté mon compte.

La seconde zone intitulée Vos coordonnées est encore plus dénuée d’intérêt. Elle m’affiche mon numéro de téléphone et mon adresse email. Il faudra que je m’en souvienne… Si un jour j’oublie mon numéro de téléphone ou mon adresse email, je sais maintenant où je peux les récupérer !

Et on termine avec la troisième et la pire zone, sobrement intitulée Actualités, mais qui n’a jamais affiché autre chose que de la publicité.

Bref, la page d’accueil au lieu de contenir les informations qui m’intéresse, comme le solde de mes comptes, m’affiche des trucs complètement inintéressants. Ce portail me permet tout de même d’aller sur l’onglet Mes Comptes qui affiche ce qui m’intéresse.

Mes Comptes

Cette page m’interesse, mais elle m’énerve au plus haut point !

Elle liste dans un tableau tous mes comptes bancaires. Le tableau comporte:

  • une colonne non cliquable avec le numéro du compte
  • une colonne non cliquable avec le type du compte
  • une colonne cliquable intitulée Intitulé personalisable
  • une colonne cliquable avec le solde du compte (ici 999 999,99 euros)

Non je n’ai pas gagné au loto ! J’ai juste retouché l’image :-)

Mais revenons à nos moutons. A chaque fois que je visite ce site, je clique sur le lien Compte Principal espérant arriver sur la page listant les opérations que j’ai effectuées sur mon compte. Et invariablement, j’arrive sur la page suivante:

D’où ma frustration… à chaque fois j’arrive sur la page qui me permet de changer l’intitulé de mon compte. Pourtant je le sais… mais à chaque fois, je fais l’erreur. En fait, il faut cliquer sur le solde du compte pour avoir le détail des opérations. C’est pas anti-intuitif ça ? C’est pas anti-ergonomique ?

Si on réfléchit 5 minutes, il est évident que tout le monde doit faire la même erreur que moi. Nous sommes dans la page de gestion des comptes, on nous présente un lien qui porte le nom du compte que l’on veut voir… alors forcement on clique dessus !

A mon avis, la meilleure solution pour cette page est de laisser la colonne Intitulé personalisable mais de la rendre non cliquable, ou alors de la laisser cliquable mais avec le même lien que la colonne Solde, puis d’ajouter un lien Personnaliser les intitulé de vos comptes en dessous du tableau, pour personnaliser tous les intitulé d’un coup.

Et selon vous, comment cette page devrait-elle être conçue ?

Comments Comments Off

Travailler sur une application Flex/Java c’est bien. Jouer avec une application Flex/Java c’est encore mieux.

Voici donc un petit billet juste pour vous dire qu’actuellement, je passe du bon temps en jouant aux échecs grâce à Flex, Java et ChessCube.

Pour passez un bon moment la recette est donc la suivante:

  • Prenez un jeu ancestral qui a fait ses preuves (les échecs)
  • Ajoutez-y un peu de Flex et de Java
  • Mélangez le tout
  • Arrosez le tout d’un peu de Web 2.0 avec de la gestion d’amis

Et pour ceux qui n’aiment pas les échecs, je vous propose une recette équivalente à base de Tetris. Le site s’appelle I’m in like with you et permet de jouer à plusieurs petits jeux dont Blockles, un Tetris-like aussi bon que celui de la GameBoy.

Attention, c’est démoniaque et ne vous fera pas Gagner en efficacité. Au contraire… votre productivité risque de chuter sérieusement ! Je vous aurais prévenu.

Comments Comments Off

Cet été, pour progresser et devenir un bon développeur, je me suis mis à la lecture. Le premier livre que j’ai lu s’intitule Gagner en efficacité.

Gagner en efficacité

Ce genre de bouquin, c’est le fondement de la société américaine, c’est le rêve Américain à porté de main, c’est ce que l’Amérique sait faire de mieux. Bref le pays de l’oncle Sam regorgent de bouquins de ce genre. En voici quelques exemples pêchés sur Amazon.com

Bref, ce genre de livre est une spécialité du pays de l’ongle Sam, mais celui-ci semble avoir été écrit par un français: le Dr Patrick M. Georges. C’est un neurochirurgien, également un professeur de management, ou alors l’inverse !

Ce livre se lit très facilement. La première partie dresse une bonne liste de conseils réparties en plusieurs chapitre. Comme l’auteur l’explique dans son ouvrage, tous les conseils ne s’appliquent pas à tout le monde, mais ils semblent tous pertinents. La seconde partie est une serie de situations où il faut retrouver et appliquer les conseils de la première partie. Bref, cette seconde partie n’apporte rien, de même que la troisième qui n’est qu’un résumé des conseils énumérés lors de la première partie.

Mais revenons aux conseils de la première partie. J’en connais et j’en respecte déjà certains (waouh, trop fort le gars). Voici donc les conseils que j’applique déjà à la lettre.

Buvez moins d’alcool

Bon d’accord celle-ci est facile. :-) Mais bon c’est pas de ma faute si je préfère un Orangina bien frais à un Chateau Margaux. Je sais je fais honte à tous les vignerons français.

Protegez-vous des voix ! Elles perturbent fortement votre intelligence.

Je suis 100% d’accord avec ce conseil et l’appliquer n’est pas un mince affaire. Je milite pour ne pas travailler dans un open-space mais je travaille malgré tout dans un bureau de 6 personnes. Aussi, lorsque je veux m’isoler pour travailler, je mets mon casque de walkman (même sans musique parfois).

Un visage humain dans votre champ visuel et votre intelligence est perturbée

Idem que ci-dessus, ne pas travailler dans un open-space me permet d’éviter les distractions des gens qui passent. Et j’ai investi dans un grand écran 24″ pour ne pas voir la personne qui est en face de moi (et accessoirement pour avoir plus de pixels pour travailler).

Le livre contient également un grand nombre de conseils auxquels J’adhère complètement et que je compte mettre en pratique à partir de la rentrée. Je ne sais pas si j’arriverais à tous les appliquer, mais je compte m’y employer. Ces bons conseils sont les suivants

Organisez une pause privée par jour

Je sais que je ne prends pas assez de temps pour réfléchir dans la journée. J’agis beaucoup, je ré-agis (aux mails, aux sollicitations, etc), mais je ne réfléchis pas assez. Je vais essayer de m’aménager une pause d’une demi-heure dans ma journée de travail “coupé” du monde pour réfléchir. Bill Gates avait sa Think Week, je vais essayer d’avoir ma demi-heure de réflexion.

Ne commencez pas votre journée par la lecture de votre courrier. Vos objectifs ont priorité sur ceux des autres.

Là j’ai tout faux car je fais ça tous les matins depuis 3 ans. C’est mon rituel, je réponds à mes mails le matin avant de commencer le travail. Comme, je fais ça le plus souvent au calme chez moi, Je sais que je pourrais consacrer ce temps où ma concentration est maximale à faire des travaux nécessitant de la concentration.

Je vais repousser la lecture de mes mails à la fin de la matinée. La demi-heure juste avant le repas étant régulièrement propices à dérangements (collègues qui reviennent de réunions, faim qui commence à se faire sentir, etc.)

Donnez à votre équipe un objectif mesurable toutes les semaines.

Le stress et la démotivation prennent racine dans l’incertitude. J’ai suffisamment participé à des projets sans roadmap pour avoir intégré cette notion. Je vais donc essayer de ne pas connaitre cette erreur et toujours fixer un objectif mesurable pour la semaine suivante.
Ce conseil est facile à dire mais pas évident à tenir à mon avis ! Rendez-vous dans 3 mois pour un premier debriefing.

Il y a encore plein d’autres conseils que je pourrais mettre en pratique mais je ne voudrais pas spolier l’auteur de son travail, ni me fixer des objectifs trop ambitieux.
En conclusion, je vous conseille donc vivement ce livre qui se lit d’un trait, mais qu’il faudra conserver comme livre de chevet et relire régulièrement pour être sur de bien appliquer les quelques conseils que vous pensez important.

Je pense vraiment que chacun peut s’améliorer en appliquant quelques uns des conseils présents dans ce livre.

Comments Pas de commentaire »